Prenez par les (bons) sentiments

La plupart d’entre nous pense que le changement suit une séquence J’ANALYSE – JE PENSE – JE CHANGE. C’est vrai lorsque les paramètres du changement sont connus, lorsqu’il y a un minimum d’hypothèses et quand le futur n’est pas trop flou. Mais les changements importants ne s’opèrent généralement pas dans de telles conditions. Dans ce cas, les arguments rationnels ne suffisent plus. Nous avons beau savoir quoi faire et pourquoi, il nous manque la motivation pour le faire.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.