Les mots tuent

Kiju Jung et son équipe de l’Université de l’Illinois ont étudié la mortalité de 92 des 94 ouragans qui ont frappé les côtes de l’Atlantique depuis le début des années 50s. Et ils ont découvert une chose (finalement pas si) incroyable.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.