L’avenir appartient à ceux qui racontent des (bonnes) histoires

Si, comme la plupart des CEO qui exhortent leurs troupes à « maximiser la valeur pour l’actionnaire », John F. Kennedy avait proposé à ces concitoyens de « devenir le leader international dans l’industrie aérospatiale grâce à une politique d’innovation basée sur l’esprit et le travail d’équipe et des initiatives stratégiques fortes et ciblées », les USA auraient-ils emmené Neil Armstrong, tout un pays, sur la lune moins de dix ans plus tard ? Sans doute pas. Mais Kennedy savait que les messages froids, abstraits et opaques ne captivent pas, n’inspirent pas, ne motivent pas.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.