Il était une fois…

Les contes sont finalement très structurants. Ils bercent notre enfance et nous aident à construire le monde, à le décrypter et à y trouver notre place. Il se pourrait bien que certains chevaliers, quelques princesses et autres fées se cachent dans les bureaux… Bas les masques !


Ce contenu nous a été inspiré par la lecture du livre Une robe de la couleur du temps de Jacqueline Kelen, qui propose une analyse remarquable de 17 contes. Ce que vous avez toujours voulu savoir sur Blanche Neige, la Belle au Bois dormant, Le petit Poucet…


Une première relecture amène deux réflexions utiles à chacun(e) :

  • l’homme n’est pas voué à n’être qu’un prince ensorcelé dans la peau d’un animal, qui, convaincu qu’il est misérable et mortel, refoulerait son désir de se réaliser pleinement. Il n’est pas non plus condamné à être ou ne pas être ce prince, ce héros, s’il peut s’épanouir en suivant son propre chemin.
  • la femme n’est pas qu’une jolie princesse endormie ou empêchée, naïve ou effrontée, courageuse et vulnérable à la fois, qui attendrait inconsciemment que sa libération vienne d’évènements rocambolesques extérieurs.

Relire ces contes pour soi, une fois devenus adultes, pour voir l’envers des décors est une aventure personnelle fondamentale.

Elle permet souvent de se rendre compte des contraintes que l’on s’impose, de la fidélité à des images et à des rôles qui se sont ancrés au fil du temps dans notre expérience de la vie, des masques que l’on (sup)porte.

Relire et réinterpréter pour se libérer, s’autoriser et être (plus) authentique.

Ils travaillèrent longtemps et vécurent très heureux…

Vous aimerez aussi…

Beyond workissime!